Pour ceux qui aiment LIRE !!

Un vrai fofo pour toutes celles et ceux qui aiment lire et partager leur passion pour la lecture
 
AccueilPortailGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Roi d'Afghanistan ne nous a pas mariés de Ingrid Thobois

Aller en bas 
AuteurMessage
Acid Queen
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2437
Age : 28
Localisation : En Vacances !!!
Emploi : Terminale L
Loisirs : Lire, Ecrire, Aimer ^^
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Le Roi d'Afghanistan ne nous a pas mariés de Ingrid Thobois   Dim 30 Déc - 14:51

Je suis désolé je n'ai trouvé que des extrait mais je pense qu'ils sont assez parlant, c'est un livre magnifique, perso j'ai adoré...

Extrait:

Telle serait donc la fin. Tel serait l’épilogue d’un amour insensé, soldé par un adieu, quand un roi devait bien avoir dans ses pouvoirs celui de nous marier, de surcroît sur-le-champ. Mais qu’on ne se méprenne pas : c’est un cas de rupture. Une cassure après d’autres, une pincée de douleur.

Nous avions délibérément franchi le seuil de la propriété : aucune erreur d’orientation ne conduit à l’enceinte d’un palais. Profonde allée déserte, bordée de platanes aux troncs de baobabs dont pas une guerre n’avait eu raison. C’était encore Kaboul. Cela n’y ressemblait plus. À la tombée du jour, les oiseaux s’égaillaient et je songeais à la perruche verte, bec rouge acéré, qui depuis quelques heures avait placé son entière confiance dans mon bout de jardin pour y promener ses déhanchements de bête idiote ne sachant pas voler. Déjà je m’égarais. Je rentrai au palais. La main de Nathan serrait la mienne : ce serait son dernier geste, sa dernière preuve d’amour. Je ne pensais qu’à cela. Où était le palais ?

Marquée par un haut portique de pierres sombres, l’entrée avait quelque chose de trop large au regard des ruelles afghanes, un air de Novgorod et un gris de Paris. Où était le palais ? Une dizaine d’enragés, Kalachnikov au cou et diverses pétoires ficelées à la cuisse, persistaient à chausser des lunettes noires sous la pluie. Derrière les fronts étroits de cette milice en béret, restait-il de la place pour un soupçon de pensée quand les miennes se trouvaient réduites à la contemplation d’un film qui se jouait sans moi ? Bientôt nous fûmes garés dans la cour du palais. Plus de doute possible. Mais pourquoi donc, au fait ? Nathan me regardait mais j’étais incapable de lui rendre n’eût été qu’un sourire. Mon coeur était glacé d’une peur sans tremblement. Étrange indifférence à l’égard d’une merveille, pas le moindre embryon de fausse timidité.

Nous allions voir le roi, voilà, je m’en souvenais.

L’attente au salon fila comme un éclair, une nanoseconde ou quelque chose du genre. J’eus tout juste le temps de vérifier au fond de mon sac en toile la place de mon cahier, la présence d’un stylo, et de photographier le vert du canapé, les clous dorés des portes, et puis peut-être encore celui d’apprécier la hauteur des plafonds. Le thé ne fut pas servi, à nous faire douter d’être dans le bon pays, et il fut déjà l’heure de monter voir le roi, à travers la cuisine, devant trois tabliers, par un large escalier, par la salle à manger. Nous tombâmes nez à nez avec une princesse : la petite fille du roi. Jolie, la cinquantaine, un français délicat. « Enchantés ! Pas de quoi ! ». La porte du salon était ouverte. Deux hommes picoraient des biscuits.

Pas une seconde d’arrêt : on m’assit près du roi.

Calé dans un fauteuil roulant comme un enfant dans une poussette, en bonnet d’astrakan, doigts bagués de lapis, la moustache blanche remuant au-dessus des lèvres cristallisées par le sucre des biscuits, un vieil homme lapait son thé à minuscules gorgées et semblait en tout point ravi de son existence. Costume rose délavé, teint bronzé - Diable ! D’où ? -, il semblait que des siècles avaient dû s’écouler sans que le myope rieur en sente passer un seul. Et dans la confusion je le pris pour le roi Zâher Shâh. Ce n’était que son frère, rigolard avec ça. Que la méprise ait été courte, je m’en félicite encore. Mais ce frère, vraiment, avait l’allure d’un roi. Du reste, comment aurions-nous deviné que l’autre homme, tête nue, pût être depuis plus de soixante-dix ans père d’une nation aussi furieuse que l’Afghanistan ?

Je m’étais préparée à l’entrevue comme pour un concours. Parmi tout ce que j’avais lu, une date me revenait : celle de 1933. Mais les livres taisent toujours les réponses aux questions les plus essentielles. Devais-je serrer sa main ? Et comment l’appeler ? Le mot « Majesté » ne m’était pas familier et son oeil bienveillant me laissait supposer qu’à quatre-vingt-dix ans le vieillard était las des reins qui se pliaient et n’osaient se redresser. Zâher Shâh ressemblait au plus tendre des grands-pères, et cette découverte, passée la déconvenue d’une timidité que je cherchais en vain, s’avéra pour finir des plus heureuses qui soient. Le roi n’effrayait pas. Sa voix ne résonnait pas comme celle d’un commandeur et il n’avait aucun souci de l’anxieux protocole. Nulle trace d’apparat : où était passé le roi ?

Il se tenait devant moi.

Le dictionnaire que j’ai emporté en Afghanistan est d’une économie parfaite : à peine épais de trois centimètres, je n’ai encore jamais eu à lui reprocher le moindre mot manquant. Et qu’il en renferme toujours autant que je ne connais pas demeure pour moi une source d’émerveillement. Le mot « travail » est une des entrées qui occupe le plus de place. Son contraire, « oisiveté, inaction, repos ». Et la définition qui en est donnée : « l’ensemble des activités humaines organisées en vue de produire ce qui est utile ; état, activité d’une personne qui agit avec suite en vue d’obtenir un tel résultat ».

Hier, l’affirmation m’a été faite que l’écriture n’était pas un travail. Je m’interroge et me souviens de ce qu’un professeur de latin, qui arrivait au lycée le coeur battant de ses tours de pédalier, noeud papillon à peine ébouriffé, nous avait laissé entendre sur l’origine punitive du terme « pilori ». Le tourment engendré par l’écriture n’a pourtant rien à voir avec l’expiation d’une faute, il s’agit bien plutôt d’un effort d’endurance auquel on se livre avec la certitude qu’une sensation d’allégement s’ensuivra. Cela a quelque chose à voir avec la pratique d’un sport, une heure de natation en plein hiver dans le bassin extérieur d’une piscine en Normandie. Ou ne tient pas une plume comme on s’empare d’une bêche, mais on a mal aux reins comme un déménageur. Écrire passe presque inaperçu, et tel est le reproche : ceux qui s’y livrent, assurément, n’en foutent pas une rame. Il n’y a que les compagnons de vertigineuse intimité, ceux dont on partage le sommeil, pour reconnaître comme tel ce travail de fourmi.

Moi et mon écriture, c’est vrai qu’on ne fait rien pour alléger la dette des pays en développement. Mais personne n’a rien vu, dédouanée que je suis par mon statut de professeur. Et puis mon contrat est là pour prouver qu’un beau jour une personne ou une autre a eu besoin de mes services. Enseigner en Afghanistan représente aujourd’hui le moyen le plus heureux que j’ai trouvé de gagner ma vie. Occupation socialement reconnue à laquelle je rends tous les comptes qu’elle demande. Je me prête à la pédagogie avec un plaisir simple, attentive à ce que mes étudiants conservent toujours sur leur visage l’empreinte du bien-être, et si possible dans leur mémoire quelques notions de français. Ma façon de faire manque un peu de méthode. J’enseigne pour la toute première fois. Les vieux maîtres afghans me fusillent du regard. Surtout le professeur d’anglais, à qui je vole une partie de son effectif. M. Shirzad me joue ainsi de petits tours chaque semaine, subtilise la clef de notre salle, modifie les horaires, chipe le bâton de craie. Mes étudiants fulminent. Et l’histoire se termine par un cours en plein air.

J’ai cru un jour qu’il me serait possible d’écrire en me passant des autres. À dire vrai, j’étais convaincue que la solitude pourrait seule palier mes manques d’imagination et me permettre d’assurer l’équilibre de mes phrases. J’ai ainsi passé des mois barricadée dans ma chambre, sourde aux appels téléphoniques, qui se firent évidemment de plus eu plus rares, et ne sortant qu’une fois par semaine pour aller fréquenter sous la grêle la piscine en plein air. À la fin, même le buraliste avait cessé de me reconnaître.

On n’écrit pas sans l’autre : on se déverse seulement, lorsqu’une phrase n’existe que pour dessiner le contour d’un sourcil, et magnifier ces personnages réels qui peuplent la planète sans en avoir conscience. Mettre les hommes en mots, c’est leur donner une place. On les dote d’adjectifs comme ou les aiderait à accorder les couleurs de leurs vêtements. D’une virgule on retouche le bord d’un chapeau, d’une espace on accorde une bouffée d’air plus frais, et quand enfin vient le point, qui ne saurait être final, on les rend à leurs vies : ils en ont maintenant deux.

_________________
www.melle-jazz.skyblog.com
www.acid-flower.deviantart.com
www.love-the-books.skyblog.com





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acid-flower.deviantart.com
Acid Queen
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2437
Age : 28
Localisation : En Vacances !!!
Emploi : Terminale L
Loisirs : Lire, Ecrire, Aimer ^^
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Le Roi d'Afghanistan ne nous a pas mariés de Ingrid Thobois   Dim 30 Déc - 14:52

sorry pour le double poste^^



Extrait du livre:

Telle serait donc la fin. Tel serait l’épilogue d’un amour insensé, soldé par un adieu, quand un roi devait bien avoir dans ses pouvoirs celui de nous marier, de surcroît sur-le-champ. Mais qu’on ne se méprenne pas : c’est un cas de rupture. Une cassure après d’autres, une pincée de douleur. Nous avions délibérément franchi le seuil de la propriété : aucune erreur d’orientation ne conduit à l’enceinte d’un palais. Profonde allée déserte, bordée de platanes aux troncs de baobabs dont pas une guerre n’avait eu raison. C’était encore Kaboul. Cela n’y ressemblait plus. À la tombée du jour, les oiseaux s’égaillaient et je songeais à la perruche verte, bec rouge acéré, qui depuis quelques heures avait placé son entière confiance dans mon bout de jardin pour y promener ses déhanchements de bête idiote ne sachant pas voler. Déjà je m’égarai. Je rentrai au palais. La main de Nathan serrait la mienne...


_________________
www.melle-jazz.skyblog.com
www.acid-flower.deviantart.com
www.love-the-books.skyblog.com





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acid-flower.deviantart.com
 
Le Roi d'Afghanistan ne nous a pas mariés de Ingrid Thobois
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pouvons nous faire remonter le Titanic des eaux ?
» [Collection] Nous deux
» Chansons qui nous parlent
» kegresse afghanistan ... help
» je nettoie, tu nettoies, il nettoie, nous nettoyons les peintures. . (nettoyage, déontologie, méthodes aqueuses)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pour ceux qui aiment LIRE !! :: La bibliothèque !! :: Roman réaliste-
Sauter vers: