Pour ceux qui aiment LIRE !!

Un vrai fofo pour toutes celles et ceux qui aiment lire et partager leur passion pour la lecture
 
AccueilPortailGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les misérables de Victor Hugo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les misérables de Victor Hugo   Ven 17 Oct - 22:00



Résumé du livre



Au terme d’une errance sans fin, Jean Valjean, ancien forçat, trouve asile chez
Monseigneur Myriel, évêque de Digne. Il prend la fuite à l’aube, chargé des
couverts en argent de l’ecclésiastique, mais est bien vite arrêté par des
gendarmes. L’évêque décide de plaider en sa faveur malgré le vol, et ce
faisant, le sauve d’un emprisonnement. Cet acte de bonté décille enfin les yeux
de Valjean, qui décide de devenir un homme de bien.
Fantine est une jeune mère misérable. Elle doit élever seule sa fille Cosette.
Une dispute lui vaut d’être arrêtée et interrogée très désagréablement par le
commissaire Javert. Elle est cependant relâchée sous l’ordre de Monsieur
Madeleine, maire de la ville. Javert est dès lors convaincu que ses doutes sont
fondés : Madeleine et Valjean ne sont qu’une seule et même personne.

Un innocent que l’on prend pour l’ancien forçat est bientôt emprisonné.
Valjean/Madeleine, au terme d’un douloureux débat avec sa conscience, décide de révéler sa véritable identité au tribunal pour sauver le malheureux. Avant
d’être emprisonné, il assiste à l’agonie de Fantine et lui jure de protéger
Cosette. Il s’échappe finalement pour se rendre à Paris.
Cosette devient servante chez les Thénardier, couple diabolique qui s’enrichit
en détroussant les morts tombés sur le champs de bataille de Waterloo. Valjean
de son côté a été rattrapé par Javert, mais s’est échappé une nouvelle fois en
faisant croire à sa mort par noyade. Il sauve Cosette de la tyrannie des
Thénardier, et se réfugie avec elle dans la communauté de l’Adoration
Perpétuelle, rue de Picpus.


Sous le nom de Fauchelevent,
Valjean s’installe rue Plumet, et se lie d’amitié pour un jeune républicain,
Marius. Cosette et ce dernier tombent amoureux l’un de l’autre, avant que
Valjean soit à nouveau arrêté par Javert, emprisonnement qui se soldera
évidemment par une autre évasion.

Nous sommes alors en 1832, et les barricades se dressent rue St-Denis. Valjean,
Marius, et Gavroche, l’archétype du petit parisien, luttent côte à côte. On
remet entre les mains de Valjean un policier capturé, qui n’est autre que
Javert. Il décide en son âme et conscience de lui rendre sa liberté, et sauve
d’une mort certaine Marius, blessé. Une fois remis, celui-ci épousera Cosette.
Après avoir révélé sa véritable identité à Marius, Valjean devient persona
non grata dans la demeure du jeune couple. Il sombre dans une mélancolie
absolue, et sera sauvé d’une mort cruelle et solitaire par Cosette et Marius
qui, à son chevet de mourrant, l’appelleront « Père ». Heureux, il pourra enfin
rendre l’âme, à la lueur des chandeliers de l’évêque.

petit avant gout.. ^^

<< Un jour, l'air était tiède, le Luxembourg était
inondé d'ombre et de soleil, le ciel était pur comme si les anges
l'eussent lavé le matin, les passereaux poussaient de petits cris dans
les profondeurs des marronniers, Marius avait ouvert toute son âme à la
nature, il ne pensait à rien, il vivait et il respirait, il passa près
de ce banc, la jeune fille leva les yeux sur lui, leurs deux regards se
rencontrèrent.

Qu'y avait-il cette fois dans le regard de la
jeune fille? Marius n'eût pu le dire. Il n'y avait rien et il y avait
tout. Ce fut un étrange éclair.

Elle baissa les yeux, et il continua son chemin.

Ce qu'il venait de voir, ce n'était pas l'oeil ingénu et simple d'un
enfant, c'était un gouffre mystérieux qui s'était entrouvert, puis
brusquement refermé.

Il y a un jour où toute jeune fille regarde ainsi. Malheur à qui se trouve là!

Ce premier regard d'une âme qui ne se connaît pas encore est comme l'aube
dans le ciel. C'est l'éveil de quelque chose de rayonnant et d'inconnu.
Rien ne saurait rendre le charme dangereux de cette lueur inattendue
qui éclaire vaguement tout à coup d'adorables ténèbres et qui se
compose de toute l'innocence du présent et de toute la passion de
l'avenir. C'est une sorte de tendresse indécise qui se révèle au hasard
et qui attend. C'est un piège que l'innocence tend à son insu et où
elle prend des coeurs sans le vouloir et sans le savoir. C'est une
vierge qui regarde comme une femme.

Il est rare qu'une rêverie
profonde ne naisse pas de ce regard là où il tombe. Toutes les puretés
et toutes les ardeurs se concentrent dans ce rayon céleste et fatal
qui, plus que les oeillades les mieux travaillées des coquettes, a le
pouvoir magique de faire subitement éclore au fond d'une âme cette
fleur sombre, pleine de parfums et de poisons, qu'on appelle l'amour.

Le soir, en rentrant dans son galetas, Marius jeta les yeux sur son
vêtement, et s'aperçut pour la première fois qu'il avait la
malpropreté, l'inconvenance et la stupidité inouïe d'aller se promener
au Luxembourg avec ses habits «de tous les jours», c'est-à-dire avec un
chapeau cassé près de la ganse, de grosses bottes de roulier, un
pantalon noir blanc aux genoux et un habit noir pâle aux coudes. >>



"Il dort. Quoique le sort fût pour lui bien étrange.

Il vivait. Il mourut quand il n'eut plus son ange.

La chose simplement d'elle-même arriva,

Comme la nuit se fait lorsque le jour s'en va."
Revenir en haut Aller en bas
Tinúviel
Bouquinovore
Bouquinovore


Féminin
Nombre de messages : 996
Age : 31
Localisation : Gwendalavir
Emploi : Marchombre ^^
Loisirs : S'émerveiller devant la beauté et la poésie de ce monde et des autres... ^^
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: Les misérables de Victor Hugo   Dim 19 Oct - 16:17

Je n'ai pas lu le résumé en entier car je ne l'ai jamais lu et je n'ai pas envie de tout savoir à l'avance !
Ce livre est dans ma bibliothèque depuis des années et comme j'adore Victor Hugo je sais que je le lirai un jour ^^ Comme tous les livres que j'ai prévu de lire mais pour lesquels je ne trouve pas le temps... Ceci dit c'est quand même un "immense" classique, lol, donc c'est sûr que je le lirai un jour !

Tu ne nous as pas dit si tu avais aimé Sandra ;-)

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l’infini voyage
Qui attend celui qui part.

Ellana


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les misérables de Victor Hugo   Dim 19 Oct - 21:47

bah, j'ai adoré! c'est un super bouquin mais faut s'accroché à la lecture
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les misérables de Victor Hugo   Aujourd'hui à 15:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Les misérables de Victor Hugo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lisons ensemble : Les Misérables de Victor Hugo
» Les Misérables - Victor Hugo
» [Victor Hugo] Les Misérables (version originale)
» Les Misérables - Victor Hugo
» [Victor Hugo] Les Misérables (version abrégé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pour ceux qui aiment LIRE !! :: La bibliothèque !! :: Les Classiques-
Sauter vers: